Des autobus hybrides bientôt à Montréal et en Outaouais

Presse Canadienne (PC)
02/02/2007 07h49
À l'heure où les scientifiques de la planète négocient sur l'ampleur du réchauffement climatique, les sociétés de transport de Montréal et de l'Outaouais se préparent à intégrer des autobus hybrides - à l'électricité et au diesel - dans leurs flottes.


Une entente entre les deux ordres de gouvernement et les sociétés de transport est sur le point d'être conclue pour financer l'acquisition de ces autobus hybrides, selon des informations recueillies par Le Devoir.

Si les fonds sont débloqués par Québec et Ottawa, la Société de transport de Montréal espère faire l'acquisition de huit autobus hybrides d'ici la fin de l'année, tandis que la Société de transport de l'Outaouais compte en intégrer deux dans son service.

Ces autobus coûtent environ 700 000 $ chacun, comparativement à quelque 450 000 $ pour un autobus conventionnel. L'électricité est produite lors du freinage du véhicule et est utilisée surtout lors de l'accélération. Son efficacité est donc à son maximum lorsqu'il est employé sur un circuit où il y a de nombreux arrêts. Novabus estime que son modèle, du nom de LFS HEV, permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans une proportion allant jusqu'à 90 pour cent lorsqu'il est en mode hybride - à basse vitesse.

Déjà, la STO a pris possession du tout premier autobus hybride de la firme Novabus le mois dernier.

Le dossier est encore sur la table de travail du ministère des Transports, mais on n'est pas en mesure de préciser l'ampleur de la contribution financière en jeu pour le gouvernement du Québec, qui s'ajouterait à celle du fédéral.
L'entente pourrait également englober d'autres sociétés de transport.