Page 3 sur 3 PremièrePremière 123
Affichage des résultats 21 à 28 sur 28

Discussion: «apartheid» universitaire au Québec.

  1. #21
    Date d'inscription
    mai 2007
    Localisation
    Laval
    Messages
    2 401

    Par défaut

    Citation Envoyé par vanatox Voir le message
    C'est sûr qu'il y a beaucoup d'étudiants qui ont le français comme langue maternelle ou seconde dans leur pays d'origine. Je n'ai pas de chiffres en mains.
    Merci pour la réponse.
    Au pays de Québec rien ne doit mourir et rien ne doit changer... (Louis HÉMON, Maria Chapdelaine)

  2. #22
    Date d'inscription
    janvier 2007
    Localisation
    Montreal
    Messages
    3 683

    Par défaut

    Citation Envoyé par Maximus Voir le message
    Peut-être aussi parce qu'il y a trop de place en anglais comparé aux places en français. Un étudiant qui veux allé en médecine par exemple, il y a environ 725 places disponibles. McGill a +/-172 de ces places ce qui représente 24% des places disponibles au Québec alors que la population anglophone est bien en deçà de ce pourcentage. Alors des étudiants francophones doivent s'inscrire à McGill vu le manque de place en Français... C'est bien plus complexe que vous ne l'entendez. Même chose pour d'autres programmes contingentés.
    1. Donc on devrait aussi appliquer ta théorie aux hopitaux par la suite, à Montréal, les hopitaux "anglophones" (qui d'ailleurs te servent très bien en francais) doivent comprendre pas loin de 30% des lits disponibles (juste le MUHC sera de près de 700 lits meme nombre que le CHUM) c'est à dire réduire leurs subventions??
    2. De dire que McGill est entièrement anglophone est faux, un francophone peut très bien rédiger et remettre tout ses travaux en francais à mcgill, à l'inverse, tu ne peux pas faire cela dans les universités francophones.
    3. Si tu veux vraiment aller en médecine, et qu'il y a juste mcgill qui t'accepte, c'est en partant car tu as appliqué, donc que la langue ne te dérange pas. McGill rempli sa faculté année après année et ce sans problème ni sans aller la remplir d'étudiants étrangers.
    Socialist governments traditionally do make a financial mess. They always run out of other people's money. It's quite a characteristic of them. - Thatcher 1976.

    La granolerie c'est un arrondissement de Montréal! - Marie-France Bazzo au 98.5

  3. #23
    Date d'inscription
    juillet 2007
    Localisation
    Sydney, NS
    Messages
    2 734
    Blog Entries
    1

    Par défaut

    Citation Envoyé par mark_ac Voir le message
    Full of hot air CJB. Why do many franco's prefer anglo uni's? Because they know the world functions in English....
    I want to apologize for that message. I was a bit drunk when I wrote it and it's not my usual type of attitude. Peace

  4. #24
    Date d'inscription
    juillet 2007
    Localisation
    yul
    Messages
    2 515

    Par défaut

    Citation Envoyé par cjb Voir le message
    I want to apologize for that message. I was a bit drunk when I wrote it and it's not my usual type of attitude. Peace
    No worries. *filler*

  5. #25
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Localisation
    Montreal
    Messages
    32

    Par défaut

    McGill a été fondée en 1812. Elle attire des chercheurs de partou, dans le monde, Fès gens qui sont rarement des sujets de la couronne britannique avec le but de supporter les efforts du dominion (franchement). Tout simplement du fait qu'elle puise dans la planète entière, ses ressources sont plus élargies. C'est comme si on yse limitait a des gens de 6' ou plus ou aux gens aux cheveux blonds, ça réduirait de beaucoup notre corps de recherche. Si McGill était une université francophone, elle ne pourrait jamais attirer le nombre d'étudiants qu'elle attire aujourd'hui. Non seulement les retombés économiques sont indispensable a Montréal mais McGill est une porte d'entrée pour beaucoup de gens vers un univers francophone, une opportunité de faire un showcase incroyable. Si McGill était francisé ou pire fermé ce serait un dommage terrible causé a la ville, au québec et aux futurs générations. Parler ainsi de nettoyage est désolant. Il aura toujours des gens comme mark_ac pour faire des remarques de ce genre. Si en tant que québécois l'on se laisse emporter en retour nous serons les grands perdants. Nos lois et actions on été posés pour protéger le français sous le coup de l'émotion sans jamais penser a avoir des actions pour mitiger les pertes. Le Québec a perdu sa bourse, le siège social des banques et nous sommes tous plus pauvre que nous l'étions. Notre poids économique en Amérique du nord a été réduit et ce n'est pas une bonne chose pour notre avenir et survie.

  6. #26
    Date d'inscription
    février 2011
    Localisation
    Montréal
    Messages
    534

    Par défaut

    Citation Envoyé par WestAust Voir le message
    1. Donc on devrait aussi appliquer ta théorie aux hopitaux par la suite, à Montréal, les hopitaux "anglophones" (qui d'ailleurs te servent très bien en francais) doivent comprendre pas loin de 30% des lits disponibles (juste le MUHC sera de près de 700 lits meme nombre que le CHUM) c'est à dire réduire leurs subventions??
    2. De dire que McGill est entièrement anglophone est faux, un francophone peut très bien rédiger et remettre tout ses travaux en francais à mcgill, à l'inverse, tu ne peux pas faire cela dans les universités francophones.
    3. Si tu veux vraiment aller en médecine, et qu'il y a juste mcgill qui t'accepte, c'est en partant car tu as appliqué, donc que la langue ne te dérange pas. McGill rempli sa faculté année après année et ce sans problème ni sans aller la remplir d'étudiants étrangers.

    1-Il n’y a pas d’hôpitaux anglophones, juste bilingues donc la comparaison ne tient pas. Mettez les places en médecines données à Montréal bilingues et le problème est réglé.

    2-Ils doivent quand même suivre leurs cours magistraux en anglais. Et je ne vois pas en quoi ça change la question. Ce serait correct pour toi que la moitié des places en médecine au Québec soient en anglais du fait que les étudiants peuvent rédiger leurs examens en français? Et oui c'est possible de rédiger en anglais à l'UdeM. Même à l'UQAM, j'ai déjà rédiger un examen en anglais.

    3-Il y a 4 facultés de médecine. Les étudiants qui désirent aller en médecine appliquent généralement aux 4 universités pour avoir le maximum de chance d’être accepté à l’une d’elle. Pas nécessairement par choix mais par conjoncture. Évidemment que la faculté de médecine est pleine à McGill comme dans TOUTES les facultés, ça ne change rien. Il n’y aurait aucune place en français et toutes en anglais qu’elle serait pleine quand même, c’est évident... Ça ne veux pas dire que ce serait acceptable.
    Je dis simplement qu’il y a surabondance de place en anglais comparé à la représentativité de la population
    S’il n’y avait que 5% des places en médecine en anglais, les anglais protesteraient probablement avec raison. Là, c’est les francophones qui ont moins de place que leur poids démographique, peut-on poser la question si la pondération des places (et donc financement) est juste? Vous seriez autant pour le statu quo si ce serait les anglophones qui seraient désavantagés?

  7. #27
    Date d'inscription
    février 2007
    Localisation
    La Prairie
    Messages
    10 699

    Par défaut

    Excellent article d'André Pratte dans LaPresse de ce matin. Il a entièrement raison...drôle comment les carrés rouges n'ent parlent pas beaucoup!!

    http://www.lapresse.ca/debats/editor...eloquentes.php

    Crise étudiante: des données éloquentes


    André Pratte
    La Presse


    Dans le climat d'indignation provoqué par la hausse des droits de scolarité à l'université, les améliorations substantielles apportées au programme des prêts et bourses ont été ignorées.
    L'avis publié cette semaine par le Comité consultatif sur l'accessibilité financière aux études montre à quel point ces améliorations sont importantes. Pour des dizaines de milliers de jeunes (86 000 selon le gouvernement), les nouvelles mesures compenseront - et plus - l'augmentation des droits.

    Le Comité a mesuré l'impact des changements à l'aide financière aux études pour certains cas types. Prenons un étudiant universitaire, enfant unique, vivant hors du domicile familial et qui a un revenu annuel de 7000$. Si les revenus de ses parents totalisent 35 000$, il a eu droit l'an dernier au prêt maximal de 2440$ et à une bourse de 2530$. Cette année (2012-2013), le prêt restera à 2440$ et la bourse grimpera à 4065$. Cette hausse de 1535$ du montant de la bourse équivaut à six fois la hausse annuelle des droits de scolarité (254$). Si les revenus de ses parents sont de 50 000$, il a eu droit l'an dernier à un prêt de 2940$, mais ne recevait pas de bourse. Cette année, il obtiendra un prêt de 5290$ et une bourse de 1215$. La seule augmentation de la bourse équivaut à presque cinq fois la hausse annuelle des droits.

    D'ici à 2016-2017, la part des bourses dans l'aide financière totale aux étudiants ne cessera d'augmenter. Ainsi, de plus en plus d'étudiants recevront des bourses et tous ces boursiers verront leurs bourses compenser totalement la hausse des droits de scolarité.


    Dans son rapport, le Comité consultatif s'inquiète de l'augmentation de l'endettement étudiant au cours des prochaines années. Toutefois, cette augmentation se produit non pas parce que le gouvernement est moins généreux, mais parce qu'il l'est davantage. Revenons à notre enfant unique. Supposons que ses parents gagnent 65 000$; il a eu droit l'an dernier, comme seule aide, à un prêt de 2900$. En 2016-2017, un étudiant dans la même situation aura droit à un prêt de 5290$. Sa dette sera donc plus lourde de 2390$. Mais ce prêt accru - sans intérêt pendant les études - ne vaut-il pas mieux que l'aide moindre qu'il recevait jusqu'à maintenant? De plus, ce jeune aura droit à une bourse de 1282$, équivalente à l'augmentation des droits au cours des 5 années précédentes.

    Enfin, le Comité consultatif confirme que tous les étudiants dont les parents gagnent 100 000$ ou moins recevront une aide financière supérieure au montant auquel ils avaient droit auparavant.

    Ces données n'impressionneront pas ceux qui prônent la gratuité des études universitaires (ou la révolution...). Cependant, les personnes plus pragmatiques, si elles se penchent sur ces tableaux, réaliseront que la politique du gouvernement n'a rien de la grave injustice que le mouvement étudiant et ses supporters ont dénoncée
    Daddy Likes It Dirty!
    Veni, vidi, vici!
    Faith is belief in the absence of evidence.
    GO HABS GO

  8. #28
    Date d'inscription
    octobre 2012
    Localisation
    Quebec
    Messages
    2

    Par défaut

    De nouvelles destinations peuvent 't être prédit jusqu'à ce que vous fournissiez certains plus de renseignements, mais il n'y a aucun doute dans lequel le Canada a fait une croissance imprévisible dans le lancement de nouveaux services aériens.

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •