Page 7 sur 8 PremièrePremière ... 5678 DernièreDernière
Affichage des résultats 61 à 70 sur 76

Discussion: Plan nord : actualités

  1. #1
    Mtlurb Godfather Avatar de jesseps
    Date d'inscription
    février 2007
    Localisation
    Montreal
    Messages
    5 082

    Par défaut Plan nord : actualités

    Quebec Premier Jean Charest will unveil nearly $10-billion in investments in Quebec’s vast northern territory, according to media reports.

    He is expected to provide details of mining, hydroelectric, eco-tourism and infrastructure projects at a press conference scheduled for Monday afternoon in Lévis, Que.

    The “Plan Nord” is the cornerstone of the Liberal economic platform, and it’s the 21st-century version of the James Bay project that dominated economic policy in the 1970s and 1980s.

    The most concrete outline is expected to be 11 mining projects, including plans for gold, nickel, diamond and uranium mines.

    “We are in the midst of a mining boom that will transform Quebec’s economy,” André Lavoie, spokesman for the Quebec Mining Association, told the TVA television network.

    The new mines are expected to create an estimated 10,000 new jobs. Most of the investments will come from the private sector, but Quebec will provide significant funds through investment arms such as Investissement Québec.

    The province’s mineral-rich north is twice the size of France but there is very little access so the government will invest billions in infrastructure projects, including new roads, ports and parks.

    In its most recent budget, Quebec set aside $1.6-billion for northern infrastructure, including building a road from Chibougamau to the Otish Mountains, where there are significant diamond reserves, and creating a deep-water port in the Inuit community of Kuujjuarapik.

    Mr. Charest is also expected to announce plans to expand the province’s hydroelectric network into new parts of the North and to laud the potential for eco-tourism.

    To counter public perceptions that the new investments will pilfer the unspoiled North, the Premier will also announce that 50 per cent of the territory will be protected from any development and that significant ecological reserves will be created.

    Senior Inuit leaders will also be present to give their blessing to the grand plans in their traditional territories.
    (Courtesy of The Globe and Mail)


  2. #61
    Date d'inscription
    juillet 2007
    Localisation
    Montréal metro
    Messages
    7 861

    Par défaut

    Citation Envoyé par jesseps Voir le message
    ... I am a tree huger / capitalist (not sure how that works really).
    Same here !

  3. #62
    Date d'inscription
    février 2007
    Localisation
    Montreal
    Messages
    5 082

    Par défaut

    After two decades of keeping a low profile in the province's mining sector, the Quebec government is coming back strong, giving itself a lead role in Premier Jean Charest's Plan Nord to develop the mineral and other resources of northern Quebec.

    Ressources Québec, a new state investment arm, is being entrusted with $1 billion in the next five years to invest in Plan Nord mining ventures and future oil and gas plays through a fund called Capital Mines Hydrocarbures. It will be headed by Jacques Daoust, who remains president and CEO of the expanded Investissement Québec.

    With growing interest in Quebec's deposits of iron ore, nickel, rare earths, gold and even diamonds, the province has increased its mining royalties.

    And to aid mining and mineral processing, Quebec will pay $30 million toward a study on extending Gaz Métro's natural gas distribution network to Sept Îles, a major Plan Nord hub. Quebec is also supporting a proposed new $5 billion rail link from Sept Îles north to the new mining zone, to be built by CN and the Caisse de dépôt et placement du Québec.

    Ressources Québec will absorb the existing $235 million combined portfolios of SOQUEM, the Société québécoise d'exploration minière, and SOQUIP, the Société québécoise d'initiative pétrolièr, public-sector investment vehicles created in the 1960s to foster mining and oil and gas exploration.

    SOQUEM will have $100 million to invest in exploration projects in the coming five years, as part of the new mining strategy, while the mandate of SOQUIP will be redefined in anticipation of an environmental green light next year on shale gas development in Quebec.

    Quebec's mining royalties rose to 16 per cent on Jan. 1, as the province phased in a four-percentage-point increase over three years and adopted a "mine-by-mine" approach, ending writeoffs of losses elsewhere against profitable operations.

    For 2010-11, when royalties rose from 14 per cent to 15 per cent, Quebec gained $305 million in royalty income, more than its total $289 million royalty take for the previous 10 years. For 2011-12 alone, Quebec's royalty income should be $365 million.

    "Quebecers want to get their fair share out of their natural resources," said Finance Minister Raymond Bachand in announcing the creation of Ressources Québec in his 2012-13 budget speech last month. Ressources Québec will make the province a partner, "to enjoy a larger share of the profits while taking on part of the associated risk," Bachand added.

    Quebec's finance department believes demand for minerals will remain strong, sustained by the emerging economies of China and India.

    For the 10-year period 2001 to 2011, an index of metals produced from Quebec mines rose by 385 per cent. Quebec's baseline scenario calls for a slight fall in metal prices, which are expected to stabilize at levels 250 per cent above prices in the early-2000s. Studies by PricewaterhouseCoopers and Natural Resources Canada indicate Quebec's royalty regime now is "one of the most stringent in Canada."

    From the lowest return among Canadian provinces, Quebec now collects mining royalties 28 per cent higher than the average for the other provinces.


    Quebec's low royalties in the past made the province No. 1 in the conservative Fraser Institute's ranking of mining-friendly provinces. With the royalty increases, the Fraser Institute now ranks Quebec fourth, said the institute's

    Jean-François Minardi, who believes Bill 14, under consideration by the Quebec National Assembly, could further erode Quebec's position.

    Bill 14 would allow more than 1,000 Quebec municipalities, which Minardi notes lack the expertise and knowhow to do so, "to implement different rules for different companies in their respective jurisdictions."

    Minardi, a Montreal-based economist, also considers Quebec's assumption that normal boom-bust market cycles are no longer a factor is delusional, noting that mining remains a risky business that can take as long as 20 years to pay off.

    "Too many mining investments in the world can lead to lower prices," Minardi warned, and the Plan Nord depends "almost entirely on Chinese demand."

    "If things change in China in the medium and long term, it can change the price of metals," Minardi said.

    Still, Bachand likes to point out that when provincial and federal taxes are added, a gold mining company in Quebec now pays 40.9 per cent of its profits in taxes, higher than the 37.3 per cent tax burden in British Columbia and the 29.8 per cent in taxes paid by an Ontario gold mine.

    Mining investments in Quebec were $560 million in 2002. This year they will rise to $4.4 billion, a 62 per cent increase over investment in 2011, and part of Quebec's $82 billion in Plan Nord investments for the next 25 years.

    Jilin Jien Nickel Industry of China plans to invest $400 million in its Nunavik project this year, while Rio Tinto, Fer et Titane will pump $800 million in new capital in Sorel-Tracy and Havre-Saint-Pierre and Vancouver-based Goldcorp Inc. will add $1.4 billion to its Éléonore gold mine in the James Bay region.

    Quebec is reducing its refundable tax credits on junior mining exploration companies by 10 percentage points to 28.75 per cent and five percentage points to 13.75 per cent for producing companies, but in return for granting Ressources Québec an equity option, the companies can get back the full 38.75 per cent and 18.75 per cent.

    Bachand said the government would negotiate equity stakes in return for government support for mining companies investing in the Plan Nord. That support could take the form of blocks of power from Hydro-Québec, infrastructure, such as roads, or financial support.

    Quebec has informed the operators of 13 developing mine projects of its interest in taking minority positions in their ventures.
    Read more: http://www.montrealgazette.com/news/...#ixzz1t3IS0SHT

    Interesting article, so I may say.

  4. #63
    Date d'inscription
    février 2007
    Localisation
    Montreal
    Messages
    5 082

    Par défaut

    Canada’s biggest railroad wants to build a $5-billion rail line to ship iron ore from isolated northern Quebec to port, a crucial link that could transform Canada into the world’s third-largest producer of steel’s main component. Montreal-based Canadian National Railway Co.’s (TSX: CNR) 800-kilometre project, backed by Quebec’s public pension fund, is still years away from becoming a reality. Indeed, the 2017 projected startup date looks ambitious, given the complexity of negotiations that lie ahead.

    Read more:
    http://www.montrealgazette.com/Plan+...#ixzz20Abt7O5A


    Dernière modification par jesseps ; 09/07/2012 à 19h18.

  5. #64
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Montreal
    Messages
    1 541
    Blog Entries
    1

    Par défaut

    Your momma's gonna start the project in 2017.
    "I disapprove of what you say, but I will defend your right to say it" - Evelyn Beatrice Hall

  6. #65
    Date d'inscription
    juillet 2007
    Localisation
    yul
    Messages
    2 366

    Par défaut IAMGOLD menace d'abandoner un projet de $1Milliard

    Bravo! (and can we also have more direct flights please)


    Agrandir

    Photo André Pichette, La Presse

    Le PDG d'Iamgold, Steve Letwin, se dit prêt à laisser tomber «dans la seconde» le projet d'expansion de la mine Niobec si le gouvernement du Québec adopte un régime de redevances «punitif».
    Hugo Fontaine
    La Presse


    Le grand patron de la société minière Iamgold menace d'abandonner l'expansion de la mine saguenéenne Niobec, un projet d'une valeur de 1 milliard, si le gouvernement Marois instaure un régime de redevances «punitif».

    Dans une entrevue exclusive accordée à La Presse Affaires, le président et chef de la direction d'Iamgold, Steve Letwin, adopte un ton affirmatif. «On veut mettre de l'argent dans l'expansion de Niobec, mais si on a un régime de redevances punitif, on ne le fera pas. Je vais stopper le projet dans la seconde si cela arrive.»

    La mine de Saint-Honoré, au nord de Chicoutimi, est l'une des trois seules mines de niobium dans le monde. Iamgold veut investir 1 milliard pour tripler la production annuelle et la durée de vie de la mine, de 15 à 46 ans.

    M. Letwin appuie l'idée d'une redevance minimale «pour que chaque mine paie sa juste part», mais il en a surtout contre une autre idée du gouvernement Marois: celle de taxer le «surprofit» (les profits qui dépassent un certain rendement).

    «Ça peut tuer des projets», dit-il, ajoutant qu'Iamgold a abandonné un projet en Équateur en raison d'une taxe du genre. «Un régime de redevances mal conçu va tuer le projet, éliminer des emplois et réduire les revenus que le gouvernement aurait pu encaisser.»

    Retombées de 16 milliards

    Des représentants d'Iamgold ont rencontré des ministres du cabinet Marois. «Ils leur ont dit exactement la même chose que je vous dis, affirme M. Letwin. Je pense qu'ils [les ministres] comprennent, mais la question est de savoir si c'est suffisant pour les empêcher d'aller de l'avant.»

    «Pourquoi risquer 16 milliards en ajoutant des redevances additionnelles? Ils [le gouvernement] devraient faire le calcul de ce qu'ils vont perdre par rapport à ce qu'ils pourraient gagner.»

    L'expansion de Niobec entraînerait pour Iamgold des fonds autogénérés avant taxes de 15,2 milliards sur 46 ans. La valeur actuelle nette après taxes (tous les bénéfices actualisés en date d'aujourd'hui et en fonction du coût du capital) est de 1,6 à 1,8 milliard.

    Contrairement à Goldcorp la semaine dernière, Iamgold n'a pas dévoilé quel serait l'incidence financière précise d'un régime de redevances inspiré de la proposition électorale du Parti québécois (5% sur la valeur brute, 30% sur les surprofits).

    M. Letwin parle toutefois d'un «impact énorme», tout dépendant de la formule exacte retenue par le gouvernement. «Quand on ajoute des redevances additionnelles, on augmente le risque de ne pas atteindre les taux internes nécessaires pour faire des rendements.»

    Non seulement M. Letwin s'insurge-t-il contre la hausse annoncée des redevances, mais encore il demande: «Qui peut dire que ça ne changera pas encore dans deux ans?»

    Des ministres rencontrés

    M. Letwin a rencontré des ministres du cabinet Marois. «Je leur dis exactement ce que je vous dis, affirme-t-il. Je pense qu'ils comprennent, mais la question est de savoir si c'est suffisant pour les empêcher d'aller de l'avant.»

    Ce serait, selon lui, une «énorme erreur de s'en prendre à la réputation de la province», étant donné que le gouvernement précédent avait aussi augmenté les redevances.

    «Si le gouvernement décide d'aller de l'avant sans y penser comme il faut, on ne pourra pas renverser ça, ça vous suit pendant des générations.»

    L'étude de faisabilité pour l'expansion de Niobec est attendue d'ici trois ou quatre mois. Iamgold se cherche un partenaire minoritaire pour l'aider à financer le projet, mais cette recherche est compliquée par l'incertitude entourant le régime des redevances, soutient M. Letwin.

    L'entreprise torontoise exploite aussi la mine d'or Westwood en Abitibi, qui a commencé ses activités hier, et quatre autres mines d'or dans le monde.

  7. #66
    Date d'inscription
    novembre 2009
    Localisation
    Montréal
    Messages
    1 872
    Blog Entries
    1

    Par défaut

    Bofff les minières comme IAMGOLD, c'est des entreprise avec une vision lointaine des choses.

    Le prix de l'or descend beaucoup ces temps si, comme le prix de beaucoup d'autre métaux que nous produisons. Il y a des mines en Abitibi qui était fermé quand l'or était à 500$ l'onze et on réouvert plus tard alors qu'elles était était pourtant très rentable même à 500$ l'onze.

    Mais pourquoi faire 100$/l'onze en la vendant ce prix la... aussi bien attendre le bon moment et maximiser le profits. Elles ont toutes réouvert quand l'or est passé au dessus des 1000$.

    Ce qu'il faut plutôt lire dans le discours de IAMGOLD, c'est qu'ils vont probablement attendre une future remonté de l'or pour investir, c'est tout. En attendant on met ça sur le dos de plein d'affaire comme l'incertitude et cie.

    Mais si l'or monte a 2000$ l'onze, ils vont se lancer dans le projet les yeux fermé.

    Sinon, le Québec doit avoir une redevance d'une quelconque manière, mais taxé la tonne ou l'onze n'est pas la bonne méthode à mon avis. La bonne, c'est d'investir massivement dans la compagnie et tirer des dividendes. De cette manière on comble le besoin en capital que les minières ont et on ne les effraie pas avec des redevances, au contraire on les attire et s'ils y a sur-profits, on fait encore plus d'argents...

    Et ceux qui ne veulent pas de participation gouvernementale paieront des redevances.

    Pour en revenir à IAMGOLD, avec le prix de l'or et autre métaux qui chutte, les minières vont se servir de plus en plus de ces hausse de redevances pour expliquer qu'elles vont retarder leur projets minier ou même fermer des mines. Mais la réalité est qu'elles le ferait probablement quoi qu'il arrive.

    Avoir les droits sur un gisement, c'est un investissement que tu peux laisser fructifier et que tu exploites le moment venu. Et ça, beaucoup de gens ne l'ont pas compris. Ils pensent toutes qu'ils faillent automatiquement toujours exploiter les ressources que nous avons dès que nous en avons la possibilité.

    L'exemple parfait c'est les gaz de schistes. On n'en parle plus parce que ceux qui voulais investir ont vu le prix du gaz chuté. Dans ces conditions la, aussi bien attendre que ça soit rentable. Le gaz ne se sauvera pas, pas plus que les métaux...

  8. #67
    Date d'inscription
    février 2007
    Localisation
    Grand Montréal
    Messages
    8 266
    Blog Entries
    8

    Par défaut IAMGOLD menace d'abandoner un projet de $1Milliard

    C'est pas de l'or dont il est question. Mais du niobium. Une des trois seuls gisements au monde se trouve au Québec, et il est prêt a faire une croix dessus.

    Donc ton discours sur la rareté vs prix ne tiens pas la route pour ce métal.


    Sent from my iPhone using Tapatalk
    "Everything in life is somewhere else, and you get there in car." - E.B. White

    "Malgré l’opposition, Projet Montréal maintient le cap. « Ce que nous avons fait sur le Plateau, on veut le faire à la grandeur de Montréal », a répété M. Bergeron aux côtés de Luc Ferrandez."

    Citation Envoyé par Cataclaw Voir le message
    The only reason ... is the free indoor parking. Free.. indoor.. parking. No hassles. Blizzard 50cm snow? No problem.

  9. #68
    Date d'inscription
    novembre 2009
    Localisation
    Montréal
    Messages
    1 872
    Blog Entries
    1

    Par défaut

    Citation Envoyé par Malek Voir le message
    C'est pas de l'or dont il est question. Mais du niobium. Une des trois seuls gisements au monde se trouve au Québec, et il est prêt a faire une croix dessus.

    Donc ton discours sur la rareté vs prix ne tiens pas la route pour ce métal.


    Sent from my iPhone using Tapatalk
    Je trouve que ça conforte justement ce que je dit... au contraire


    C'est d'autant plus une raison d'attendre que la demande explose pour le minerais puisqu'ils semble que le brésil fait beaucoup de dumping. C'est au Brésil aussi que les coûts d'exploitation sont les plus bas. À quoi bon ouvrir une mine pour un métal rare tandis qu'un autre pays fait du dumping. Un peu comme la chine et les autres métaux rare.

    Tans qu'elle faisait du dumping, personne voulais ouvrir des mines ailleurs parce qu'en chine, le coût de production est très bas.


    Le nobium ne se sauvera pas du sol, il restera la pour des génération. Lorsque le Brésil aura vider ses réserve, vers ou pense tu qu'ils vont se tourner ?

    Les droits minier, c'est des investissement que tu cash au moment ou que tu le désire et toutes les compagnies minières font de la spéculation la dessus et c'est encore plus vrai pour les métaux rare.

  10. #69
    Date d'inscription
    novembre 2012
    Localisation
    Laval
    Messages
    863

    Par défaut

    Reste à savoir quel pourcentage du budget du Qc repose sur les redevances minières. Si on peut remplacer ce pourcentage par quelque chose d'autre, on pourrait en théorie ''attendre'' que les prix montent pour aller chercher le maximum, et ce avec un maximum de profit. Pour arriver over après l'équilibre. Le surplus alors gagné pourrait être mis dans une caisse pour les générations futurs.

  11. #70
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Montreal
    Messages
    1 541
    Blog Entries
    1

    Par défaut

    Il y a une ressource qui va sauver l'économie d'ici 15-30 ans; l'eau.
    Quand la quantité d'eau fraiche va diminuer à cause de surpopulation, pollution etc. Nous serons "gagnant".
    Ça s'en vient. Beaucoup d'economistes et futuristes en parlent.
    "I disapprove of what you say, but I will defend your right to say it" - Evelyn Beatrice Hall

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •