View RSS Feed

acpnc

Olympics worth the price tag? The Montreal Legacy

Rate this Entry
Citation Envoyé par acpnc Voir le message
Rappelons-nous qu'à l'époque des Jeux de Montréal, on donnait ces Jeux à une ville, et non a une compétence gouvernementale capable de légiférer en matière de lois du travail. Ni la Ville, ni Drapeau n'avaient le pouvoir de contrôler une entreprise aussi complexe et avec des délais aussi courts. S'en est suivi une situation chaotique d'abus et de corruption qui a failli nous couter la présentation de l'événement lui-même. Bourrassa a été lent à réagir et prendre le contrôle de l'opération. Résultat: des couts astronomiques qui n'ont rien à voir avec les prévisions pourtant plus réalistes du début.

C'est la principale leçon qui a été retenue des Jeux de 76 et le CIO en a pris bonne note pour les olympiades suivantes.

Quant à Montréal, nous avons payé cher notre laxisme et avons appris (bien que...) à mieux gérer les projets. Nous avons heureusement gagné en notoriété internationale et nous nous sommes enrichis de précieux contacts qui nous servent encore aujourd'hui. Pour ce qui est des installations, elles sont grandioses et ont favorisé l'émergence d'une élite dans plusieurs disciplines. Elles desservent aussi une population qui en profite vraiment depuis plusieurs décennies, installations qui feraient probablement défaut encore aujourd'hui si ce n'avait été de ces Jeux.

Bilan de l'histoire: une dépense faramineuse due au dérapage et la confusion dans la construction de certaines installations, dont le stade lui-même. Cependant l'opération a mis au monde d'importantes compagnies qui sont encore prospères aujourd'hui et a permis de développer une expertise de classe mondiale.

la ville est bien pourvu en installations sportives et peut tenir facilement d'autres événements internationaux, sportifs et culturels notamment.

le stade et le parc olympique sont devenus des attractions touristiques importantes et ont favorisé la consolidation de plusieurs autres installations dans l'environnement immédiat, en créant un pôle touristique majeur et un lieu de diffusion sportif, culturel et scientifique de premier choix. Les montréalais en sont d'ailleurs les premiers bénéficiaires.

Conclusion: ce ne sont pas les jeux qui ont couté cher, mais la construction des installations, pour les raisons que l'on connait. Autrement, l'opération continue de rapporter des bénéfices sociaux de tous genres, et pourra même éventuellement procurer de réels profits, en maximisant l'usage et le potentiel des magnifiques constructions qu'ils ont légués.

En terminant, on pourrait dire qu'à cause de la situation mondiale et le phénomène du terrorisme, les Jeux deviennent de moins en moins abordables pour la majorité des pays. Car ici ce n'est plus la corruption ou la complexité de la construction qui fait problème, mais le cout de la sécurité (qui risque de dépasser le cout des installations) qui menace les Jeux à venir.
Catégories
Uncategorized

Comments