View RSS Feed

acpnc

Nouveau Pont Champlain

Rate this Entry
Citation Envoyé par acpnc Voir le message
Il ne fait aucun doute que le transport en commun est hautement rentable socialement parlant, il l'est aussi sur le plan écologique. Mais ce ne sera jamais rentable sur le plan de la gestion (et ce n'est pas le but) car son bas coût est justifié afin d'encourager son usage au maximum. Donc il faut s'enlever l'idée de profit, ce qui élimine toute forme de gestion privée. La partie autoroute cependant, pourrait faire l'objet d'un péage pour en assurer l'entretien et la construction. Mais comme je considère ce pont comme essentiel au réseau routier montréalais, il ne devrait pas servir à enrichir un exploitant à l'instar du pont de la 25.

Le nouveau pont Champlain devrait donc offrir en plus des voies autoroutières actuelles (pas une de plus), un bon service de train léger, tramway ou autre. C'est un des volets qui le rend nécessaire car il faut continuer impérativement à développer les transports en commun, la voie de l'avenir pour une grande ville. Il pourra au passage desservir l'ile des Soeurs, en la reliant au cv et à la rive sud de manière plus efficace et à l'abri de la congestion.

Quant au nom que certains voudraient changer, en proposant Maurice-Richard, je m'objecte, non pas que je n'ai pas d'admiration pour l'homme, mais surtout qu'il n'a aucun rapport avec la grande histoire de la ville, de la province ou du pays. Quand on compare les noms des autres ponts qui enjambent le St-Laurent, ils représentent tous des personnages lourds de notre histoire. Qu'on les aime ou pas, ils ont joué un rôle prépondérant dans le développement de Montréal, la province ou le pays. Et dans plusieurs décennies, l'illustre personnage doit demeurer tout aussi significatif pour les générations ultérieures, tout comme l'infrastructure elle-même qui devra cette-fois-ci réellement résister au temps.

Donc si on conserve l'ancien pont pour un usage léger, on nomme la nouvelle structure au nom d'un autre personnage historique. Autrement on ne fait que transférer le nom actuel à la nouvelle construction. Pour revenir à Maurice Richard, il a déjà une célèbre aréna à son nom, domaine dans lequel il a évolué. Et en dépit des émotions qu'il suscite, elles ne justifient certainement pas un choix de cette importance, puisqu'avec le temps, sa renommée se diluera dans la petite histoire de la ville.

A ce propos pourquoi pas le pont Jean-Béliveau, ou Boum-Boum-Geoffrion ou Patrick Roy? Je conviens que l'on soit fier de nos joueurs, mais l'institution elle-même ( les Canadiens) a plus de chances de disparaitre avant l'histoire et la politique. C'est ici que la toponymie entre en jeu, une science qui s'intéresse au nom de lieux et qui s'occupe à faire des choix judicieux, pour en faire sortir toute la signification et le sens. Dans notre société de l'instantané, on succombe facilement aux émotions et nos choix sont trop souvent superficiels, mal avisés et sujets aux modes passagères. Évitons donc de tomber dans le piège de la facilité, laissons nos experts prendre les décisions. Ce qui m'amène à citer un vieux proverbe: "chacun son métier et les vaches seront bien gardées".
Tags: Aucun(e) Ajouter / Modifier les tags
Catégories
Uncategorized

Comments