View RSS Feed

acpnc

Marché d'édifices à bureaux de Montréal : actualités

Rate this Entry
Citation Envoyé par acpnc Voir le message
Citation Envoyé par Rocco Voir le message
C'est probablement le 20e article qui mentionne que le marché de bureau est ''hot'' à Montréal et pourtant aucun locataire majeur ne signe quoi que ce soit... Ce ne sont plus les promoteurs qui font de la spéculation de nos jours, ce sont les journalistes! Ça en dit long.
Considérant la complexité des négociations avec un nouveau locataire et toute la logistique qui accompagne l'installation de nouveaux bureaux dans un immeuble neuf, on peut comprendre que tout le monde prenne son temps, et notre impatience n'y changera rien. Avant de s'engager dans un projet de plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines de millions, il faut convaincre les investisseurs que le geste sera rentable à long terme. D'autant plus que l'économie mondiale flirte avec un ralentissement et peut-être même une nouvelle récession pour certains pays.

Hier, justement dans La Presse, des organismes économiques montréalais affirmaient que l'économie de la ville était en panne à cause des énormes travaux routiers et de la congestion qu'ils causent dans plusieurs secteurs de l'ile de Montréal. Le prolongement de l'autoroute de la rue Notre-Dame est aussi mentionné comme un obstacle de plus dans le tableau, en privant le centre-ville d'un accès rapide vers l'est. Cette situation n'est pas non plus étrangère à la pression qui pèse sur les décisions de développer à Montréal ou en banlieue. Bien sûr on ne construit pas pour quelques années, mais les locataires éventuels doivent y trouver leur compte (ce sont eux qui remplissent les tours) et ce "chaos routier" en fait certainement hésiter plusieurs.

Cela dit, je demeure tout de même optimiste, car l'important développement des condos urbains au cv, ramène une population qui voudra se rapprocher des centaines de milliers d'emplois concentrés dans ce secteur névralgique. Un bassin de travailleurs potentiels et de consommateurs qui croit actuellement plus rapidement que les autres quartiers de la ville. C'est définitivement un pas dans la bonne direction et c'est toute l'économie du centre-ville qui en profitera, en projetant une image plus dynamique de la ville et une sorte de renaissance du coeur du quartier des affaires.

En terminant, Montréal n'est pas Calgary avec son boum pétrolier qui attire de nombreux investisseurs étrangers. Ni Toronto et son important marché de siège sociaux, qui bon an mal an crée de nouveaux besoins de surfaces de bureaux. Ni même Ottawa et ses multiples services gouvernementaux. Nous ne pouvons compter que sur notre propre dynamisme et notre propre force de conviction, face à une Amérique hautement compétitive, qui certainement ne nous fera pas de cadeau.

Ainsi les journaux ne se font que présenter la situation telle qu'elle est, en mettant en évidence les difficultés qui font obstacle au développement immobilier de Montréal. Ils ont au moins le mérite d'en parler, et à force de revenir sur le sujet, ils contribueront peut-être à participer à la recherche de solutions permanentes.
Tags: Aucun(e) Ajouter / Modifier les tags
Catégories
Uncategorized

Comments