Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

Discussion: Carte blanche aux createurs

  1. #1

    User Info Menu

    Par défaut Carte blanche aux createurs

    Publié le 19 mars 2017 à 05h00 | Mis à jour à 05h00
    Carte blanche aux créateurs



    Programmation comprenant des logements, dont un minimum de 30% de logement social, dans les parties protégées des nuisances du périphérique et qui prévoit la reconstitution des fonctionnalités du parc de stationnement et de la gare routière existantes sur le terrain « Pershing ». Concepteur : Sou Fujimito, architecte / Manal Rachdi, Oxo Architectes / Moz Paysage / Atelier Paur Arène, paysagiste / Pierre-Alexandre Risser Horticulture; Jardins, paysagiste.
    Photo fournie par la mairie de Paris



    (http://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/francois-cardinal/201703/18/01-5080053-carte-blanche-aux-createurs.php#wcm:article:5080053)





    François Cardinal (https://cse.google.com/cse?cx=004348325735519040616:xugxk9rp5mm&q=Fran%C3%A7ois+Cardinal)
    La Presse

    La toute première décision comme ministre de l'Aménagement et de l'Architecture ?

    Spontanément, la priorité irait au diktat du plus bas soumissionnaire. À son abolition, en fait, tant cette règle fait des dégâts au Québec. Il est franchement absurde qu'encore aujourd'hui, une loi force les élus à choisir le projet le moins cher plutôt que le meilleur !

    Mais comme première, première décision ? Le ministre pourrait faire rêver davantage, non ? Il pourrait élever la qualité de l'architecture plutôt que d'éliminer simplement les obstacles.

    Pourquoi ne pas donner carte blanche aux créateurs ?

    Pourquoi ne pas s'associer à Québec et Montréal, cibler une demi-douzaine de terrains publics, puis lancer un concours international : les projets les plus fous, les plus originaux, les plus innovants remporteraient... un permis de construction !

    L'idée peut sembler farfelue, mais c'est très précisément ce que vient de faire la Ville de Paris. Avec des résultats époustouflants !

    En accédant à la mairie en 2014, Anne Hidalgo a en effet lancé « l'initiative un peu folle » Réinventer Paris. Une manière révolutionnaire de céder les terrains qui appartiennent à la ville, surtout les plus ingrats.

    Une vingtaine de sites aux quatre coins de Paris ont ainsi été mis en compétition : gare, friches industrielles, hôtels particuliers, terrains vagues et même un transformateur électrique. Un appel de projets a alors été lancé aux promoteurs et architectes avec une seule règle : pas de tour.

    « Ils ont été attirés par l'idée de la carte blanche : pour une fois, nous n'imposions aucun programme et leur laissions proposer les idées et innovations les plus originales », explique Jean-Louis Missika, adjoint à la mairesse, chargé de l'urbanisme (voir entrevue).


    Et la qualité des projets a surpris la Ville, autant que leur nombre : 650 dossiers officiellement déposés avec offre d'achat formelle par autant d'équipes d'investisseurs réunissant des architectes, des paysagistes, des designers, mais aussi des penseurs, des agronomes et des artistes.


    Et rien d'utopique dans les projets, car l'objectif était de les construire « à court terme ». Les 22 gagnants ont ainsi été choisis l'an dernier, 10 dossiers sont déjà passés devant le conseil municipal et trois permis de construire ont été délivrés.

    La majeure partie des projets, promet-on, verra le jour d'ici 2020.
    Paris ne s'est donc pas contentée de susciter la création urbaine, elle l'a réinventée... en même temps qu'elle a réinventé la ville.

    Parmi les lauréats, on retrouve de tout. Un écoquartier suspendu au-dessus d'une autoroute. Une station électrique transformée en cinéma. Des bains-douches réaménagés en ateliers d'artistes. Un entrepôt de voirie devenue funérarium.

    « Paris, s'est exclamé Le Soir, n'avait pas connu pareil bouillonnement de projets urbains depuis le Second Empire. » Depuis, en fait, que Napoléon a chargé le baron Haussmann de percer de larges avenues dans la ville.
    Le concours est ainsi devenu un véritable laboratoire d'idées, sans même que cela coûte un sou à la municipalité (elle aurait au moins pu rémunérer les professionnels, mais bon...). Au contraire, même, grâce à la vente des terrains, les coffres de la Ville seront renfloués de centaines de millions d'euros.

    Réinventer Paris est ainsi devenu une opération financière intéressante. Mais c'est aussi devenu une nouvelle carte de visite pour la ville, une occasion en or pour les jeunes architectes d'émerger et, surtout, une opération de pédagogie auprès des Parisiens qui ont suivi le concours de près et qui se sont déplacés nombreux pour visiter leur exposition au Pavillon de l'Arsenal (jusqu'au 8 mai, pour les intéressés).

    « Rarement, a concédé Le Monde, une compétition d'architecture aura suscité autant d'engouement en France. »
    Trop beau pour être vrai ? Trop beau pour Montréal et Québec ?

    Ce n'est pas l'avis de la mairie de Paris, qui est en discussion avec « un grand nombre de villes qui souhaitent s'inspirer de la démarche », en plus de mener de front de nouvelles initiatives du genre pour la grande région de Paris, le sous-sol parisien et même la Seine.

    « Montréal a la chance de disposer d'un vivier important de collectifs et porteurs de projets qui pourraient être intéressés par ce type de démarche, indique Jean-Louis Missika. Le classement de la métropole québécoise en tant que ville UNESC

    O de design incite à ouvrir la production urbaine à des équipes pluridisciplinaires. »

    À son avis, les appels à projets urbains innovants pourraient certainement servir d'inspiration aux professionnels de Montréal. « Mon conseil à M. Coderre serait de miser sur la jeune génération, pleine de ressources et d'idées nouvelles. »
    Prometteur, non ? Une bonne initiative pour lancer la carrière d'un ministre de l'Architecture fraîchement nommé.
    Le monde n'a pas tant besoin de grands hommes, que de grandes idées.

  2. #2

    User Info Menu

    Par défaut

    Indéniablement un exemple à suivre pour Montréal
    Le monde n'a pas tant besoin de grands hommes, que de grandes idées.

  3. #3

    User Info Menu

    Par défaut

    D'accord pour l'abolition du diktat du plus bas soumissionnaire. Pour le reste, il me semble que rien ne s'oppose à faire au Québec ce qu'a fait Anne Hildago à la mairie de Paris: il n'y manque que la volonté des autorités locales. Constituer un ministère de «l'Aménagement et de l'Architecture» m'apparaît tout-à-fait superflu. Si de surcroît des lois doivent être votées pour «légaliser» l'approche suggérée (laquelle serait mise en oeuvre au gré des villes), l'Assemblée nationale dispose de tous les pouvoirs requis pour y parvenir. De grâce, ne gâchez pas une merveilleuse idée en lui accolant une structure bureaucratique!

  4. #4

    User Info Menu

    Par défaut

    Citation Envoyé par Né entre les rapides Voir le message
    D'accord pour l'abolition du diktat du plus bas soumissionnaire. Pour le reste, il me semble que rien ne s'oppose à faire au Québec ce qu'a fait Anne Hildago à la mairie de Paris: il n'y manque que la volonté des autorités locales. Constituer un ministère de «l'Aménagement et de l'Architecture» m'apparaît tout-à-fait superflu. Si de surcroît des lois doivent être votées pour «légaliser» l'approche suggérée (laquelle serait mise en oeuvre au gré des villes), l'Assemblée nationale dispose de tous les pouvoirs requis pour y parvenir. De grâce, ne gâchez pas une merveilleuse idée en lui accolant une structure bureaucratique!

    Je partage ton avis, pas besoin de tout structurer, puisqu'on risque de tuer dans l'oeuf l'esprit de liberté, qui devrait être le moteur de base de cette petite révolution tant attendue.
    Le monde n'a pas tant besoin de grands hommes, que de grandes idées.

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •